Coaching : Méthode et praticien

Coaching : Méthode et praticien

L’interaction relationnelle

Il existe des milliers de psychologue psychothérapeute et de praticiens en tous genres et en tous domaines, ayant où non suivi des formations identiques, appliquant des techniques similaires ou pas. Autrement dit pour le client cette diversité est à la fois une opportunité d’avoir un large éventail de méthodes et de professionnels, et à la fois une difficulté pour s’orienter et choisir.

En Coaching comme dans bien d’autres activités des relations humaines, la technique ou la méthode a son importance. Toutefois l’interaction relationnelle, l’intention portée par le conscient et l’inconscient, entre le client et le praticien est la base fondamentale.

« La relation est plus importante que le protocole »

C’est à dire qu’au delà d’un métier, d’une technique, ce qui contribue fortement à la progression de la personne, c’est le degré de ressenti d’acceptation qui est présent, cette alchimie du lien d’écoute qui est présent quel que soit le métier que le professionnel occupe. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Rogers)

A ce titre, il suffit de constater comment chacun d’entre nous a tendance à porter son attention sur l’accueil et l’entrevue qui se réalise chez un praticien, un commerçant, ou tout individu avec qui l’on entre en contact. D’ailleurs, dans ce que vous vivez au quotidien (un restaurant, un coiffeur, un magasin, un bureau administratif,…), que ce soit pour déguster un repas, être coiffer, acheter un produit,…, qu’est ce qui vous fait choisir d’aller plutôt chez tel ou tel commerçant? Sans doute de nombreuses raisons diverses et variés, chaque personne étant unique et différente. Cependant, l’Humain étant un être de relations, de communications,  sa préférence intrinséque est d’aller vers la personne qu’il ressent consciemment et/ou inconsciemment.

Pour exemple, à l’école les enfants mettent plus de coeur à l’ouvrage ou sont plus à même de bien travailler dans les cours où ils se sentent bien avec l’enseignant. On dit souvent que le « courant passe »?

Retourneriez-vous dans un restaurant malgré une bonne cuisine, si le service ne vous convient pas? Préférez-vous faire des achats auprès d’un commerçant bienveillant ou lunatique, au sourire purement commercial ou à l’humeur sincère, …? Qui n’a pas changé au moins une fois de médecin, de gynécologue, de commerçants, …, non pas pour un manque de compétences mais pour des raisons conscientes ou inconscientes d’un mauvais ressenti dans l’interaction relationnelle.

L’être Humain étant complexe de parts ses diversités, ses cultures,…, il ne peut pas être réduit à une seule théorie, à un seul praticien. Il appartient donc à chacun de trouver la ou les méthodes, ainsi que le ou les praticiens, qui lui correspondent et qui de faits lui permettront d’optimiser sa progression avec ce qu’il est aujourd’hui dans sa démarche d’objectifs personnels et ou professionnels, comme il appartient au praticien de savoir renoncer à  accompagner une personne quand il en ressent l’incapacité par ses limites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *