La luminothérapie et la photothérapie 

L’utilisation de lampes de luminothérapie et photothérapie s’est généralisée depuis de nombreuses années dans les pays scandinaves. Elles permettent de compenser le peu d’exposition à la lumière du soleil pendant les courtes journées d’hiver.

En France les journées sont plus longues, mais des hivers couverts et pluvieux ne permettent pas non plus de « faire le plein de soleil ». L’organisme a en effet besoin d’un minimum de 2000 lux* pour conserver son équilibre. Mais en hiver la luminosité ne dépasse pas 500 lux…contre 50 000 lux l’été !!!

Les champs d’application de la luminothérapie sont variés.

LA LUMINOTHERAPIE TRAITE:

  • La déprime saisonnière hivernale DSH en français, SAD en anglais (Seasonal Affective Disorder) ou TAS (Trouble Affectif Saisonnier)

En hiver, la luminosité ambiante, inférieure à 2 000 lux, est d’un niveau plus qu’ insuffisant pour beaucoup de personnes pour maintenir un équilibre biologique. Cela peut se traduire par:

  • des endormissements fréquents
  • une fatigue matinale, un besoin de sieste
  • une déprime, un état dépressif
  • une diminution d’activité, voire impuissance sexuelle
  • une augmentation de l’appétit, une boulimie d’hydrates de carbone
  • une envie de sucreries et ainsi une prise de poids
  • des maux de tête, une irritabilité, etc

La dérégulation du sommeil :

Suite à des événements, des opérations chirurgicales, des maladies, la prise de médicaments, l’individu peut ne pas retrouver un sommeil régulier ou un niveau d’énergie ou de « rendement » habituel.

Les troubles liés au travail de nuit :

Les troubles du sommeil (décalage des phases du sommeil) portent atteinte à la qualité de vie et peuvent être la source de nombreuses maladies physiques et psychologiques et conduire à un abus de médicaments.

Ils représentent en outre un risque dans la vie publique (accidents par excès de fatigue ou bref endormissement durant l’équipe de nuit).

Les troubles liés à la sexualité :

  • perte de la libido, fatigue sexuelle
  • syndrôme prémenstruel
  • impuissance saisonnière.

Les troubles dûs au décalage horaire ou JET LAG:

les troubles du rythme circadien apparaissent surtout lors de vols lointains (décalage horaire). L’horloge biologique se dérègle lorsque la lumière naturelle et l’obscurité apparaissent dans d’autres fuseaux horaires, aux mauvaises heures.

La vie dans la lumière artificielle :

Les habitants des contrées nordiques sont très affectés par les très courtes journées hivernales. Dans nos pays (France, Suisse, Benelux ou Canada), les journées hivernales, bien que plus longues sont souvent couvertes ou pluvieuses avec une intensité lumineuse très faible.

Par ailleurs de nombreuses personnes (les malades, les personnes âgées, les handicapés ou accidentés, les personnes qui ne sortent que très rarement ou jamais de chez elles), voire des gens actifs qui vivent ou travaillent dans des locaux fermés, à la lumière artificielle peuvent présenter des symptômes pouvant être traités par la luminothérapie.

Le travail des couleurs en milieu artificiel :

Des expériences nous ont démontré que des personnes travaillant au moyen de lampes à lumière artificielle (artistes, peintres, tapissiers, créateurs en PAO informatique, coiffeurs, parfumeurs, tout commerce ayant un rapport avec les couleurs, les teintes et les textures …) avaient des problèmes de reconnaissance de couleurs et que les résultats de leurs travaux à la lumière du jour étaient loin de leur espérance. L’utilisation de lampes de luminothérapie peut les aider assurément, à résoudre ces problèmes.

FONDEMENTS MÉDICAUX :

La lumière est source de vie:

Le corps humain ainsi que celui de nombreux animaux est régulé par la lumière brillante du soleil sur un cycle exact de 24 heures. L’insuffisance de lumière reçue affecte directement notre horloge biologiqueet se traduit par une dérégulation de notre cycle journalier ou circadien, désynchronisé du cycle solaire.

La lumière solaire visible exerce une grande influence sur la régulation circadienne et neuroendocrinienne de l’organisme humain. La lumière est transmise, au travers de la rétine de l’œil à la glande pinéale ou hypothalamus, sous forme d’impulsions nerveuses énergétiques; elle influence la durée et le rythme du sommeil, la sécrétion hormonale d’autres fonctions végétatives, ainsi que d’une façon générale le système immunitaire.

Le niveau de luminosité diffusé par le soleil passe de 50 000 lux l’été à 500 lux en hiver.

Pour conserver notre équilibre interne, cette intensité doit dépasser 2 000 lux au niveau des yeux.

En dessous de ce seuil, la glande pinéale secrète de la mélatonine (somnifère) en quantité importante, ce qui peut produire les perturbations suivantes:

  • endormissement et apathie
  • insomnie
  • sommeil superficiel
  • déséquilibre hormonal, impuissance
  • déprime, diminution d’activité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *