Le CBD a-t-il des propriétés anxiolytiques et antidépressives ?

Le CBD a-t-il des propriétés anxiolytiques et antidépressives ?

Cela fait un petit moment que je n’ai pas publié d’articles, j’ai connu une période professionnelle assez soutenue ces dernières semaines, mais je suis toujours autant passionné par les méthodes de relaxation et tout particulièrement en ce moment, par les propriétés du CBD (cannabidiol).

Dernièrement j’ai lu un article dans les revues scientifiques (surtout la National Library of Medicine) qui listent régulièrement les recherches sur le CBD et d’autres études cliniques. L’article que j’ai consulté évoque les propriétés anxiolytiques et antidépressives du cannabidiol (CBD) qui ont été évaluées dans plusieurs études.

Attention, le contenu publié ci-dessous est un peu technique et nécessite quelques connaissances en neurobiologie.

Les propriétés anxiolytiques et antidépressives du cannabidiol (CBD)

Les troubles de l’humeur sont considérés comme l’un des troubles psychiatriques les plus répandus avec un impact socio-économique et sanitaire élevé. L’anxiété et la dépression sont les plus courantes, avec environ 280 millions de personnes souffrant de chacune de ces pathologiques psychiatriques.

Le traitement des deux pathologies (anxiété et dépression) comprend des stratégies pharmacologiques complexes associées à des psychothérapies spécifiques (psychothérapie psychodynamique, TCC, EMDR, etc).

Concernant les traitements médicamenteux délivrés aux patients souffrant de ces pathologies, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont les antidépresseurs les plus couramment utilisés, avec des limites importantes quant à leur efficacité thérapeutique.

En effet, jusqu’à 30 % des patients souffrant de dépression majeure développent une résistance au traitement des médicaments. En revanche, les benzodiazépines, les anxiolytiques les plus couramment prescrits, sont limitées en raison de leur risque élevé d’abus et d’effets. Ainsi, les limites thérapeutiques dans le traitement de ces troubles mettent en évidence la nécessité de développer de nouvelles stratégies pharmacologiques plus efficaces et plus sûres.

C’est pourquoi il me paraissait utile de vous parler des recherches cliniques réalisées sur le CBD.

Les propriétés neuropsychologiques du CBD

Ces dernières années, le système endocannabinoïde (ECS) a suscité un intérêt en raison de son implication dans la physiopathologie des troubles neuropsychiatriques, y compris les troubles de l’humeur. Ainsi, la modulation de ce système pourrait être un outil passionnant pour leur traitement.

Le cannabidiol (CBD) est l’un des principaux composés de la plante Cannabis sativa sans propriétés de drogue d’abus. Ce médicament peut interagir avec plus de 65 cibles différentes, telles que le récepteur couplé aux protéines G 55 (GPR55), les récepteurs vanilloïdes (TRPV1), le récepteur sérotoninergique 5-HT1A, les récepteurs mu et delta-opioïdes et le récepteur gamma activé par les proliférateurs de peroxysomes.

Notamment, le CBD agit comme un modulateur allostérique non compétitif du récepteur cannabinoïde et comme un agoniste inverse du récepteur cannabinoïde. Plusieurs études cliniques et précliniques ont montré que le CBD présente des actions antidépressives, anxiolytiques, antipsychotiques et neuroprotectrices, présentant une stratégie thérapeutique potentielle intéressante pour le traitement des troubles de l’humeur.

À cet égard, son éventuelle utilité dans l’anxiété et la dépression a été évaluée dans plusieurs modèles animaux, avec des résultats prometteurs. L’implication des récepteurs 5-HT1A dans le mécanisme d’action du CBD a été proposée. Des études supplémentaires ont révélé l’implication de CB1r dans l’activité anxiolytique du CBD.

Les conclusions sont prometteuses

Ainsi, des preuves cumulatives soutiennent le rôle des récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) dans la régulation de la réponse au stress, à l’anxiété, à la dépression, à la schizophrénie et dans la cognition.

Fait intéressant, les deux récepteurs cannabinoïdes sont associés à des altérations significatives de l’expression des sous-unités à médiation anxiolytique du récepteur GABA(A) et à l’action anxiolytique des benzodiazépines.

Plus récemment, d’autres récepteurs sur lesquels agissent également les endocannabinoïdes, tels que le récepteur GRP55, ont été associés à la régulation de la réactivité émotionnelle et de la plasticité hippocampique. Fait intéressant, des études antérieures ont démontré que le CBD modifie l’expression génique de ces cibles dans des modèles animaux de SSPT, de consommation d’alcool et de sevrage spontané des cannabinoïdes, dans lesquels le CBD a montré son efficacité.

Posted in CBD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *